maison de l'architecture de haute savoie

 

  dossiers accueil débats, visites, expos cinéma éducation a l'architecture agenda

MATERIAUX

architecture et grand âge
 

19.01.2012 ANNECY / salle Pierre Lamy
MATERIAU VERRE
table-ronde débat
avec Chantal Sergent, Gilles De Gavre, Michel Angelloz représentant des menuiseries Dunoyer

Des Verres actifs dans nos batiments

table ronde verre
villa Overby, Suède © Saint Gobain

 

" La consommation énergétique d'une maison peut baisser en augmentant sa surface vitrée ! "
explique Chantal Sergent

Isolants, chauffants, lumineux, les verres hybrides se parent des vertus que vous désirez. À peine sortis des laboratoires de recherche et développement, les vitrages intelligents voient le jour sur des bâtiments très haut de gamme. Le nec plus ultra : on peut les commander à distance voir les programmer avec des applications domotiques. Aujourd'hui le verre peut devenir un matériau très isolant, ajoutons le rayonnement solaire et on peut obtenir une balance énergétique plus intéressante avec un vitrage qu'avec un mur. Si à chaque orientation de façade, on associe un verre dédié plus ou moins isolant, plus ou moins captifs des rayons solaires on maximise l'effet énergétique. De là à augmenter les surfaces vitrées d'une maison pour baisser sa consommation en chauffage et électricité, il n'y a qu'un pas.

Sur les marchés de la maison individuelle et du bâtiment, même constat : le verre séduit et s'étend sur les fenêtres mais aussi au sol, pour un escalier ou un garde-corps. Mais pas n'importe quel verre, la gamme de produit verrier s'étend et se diversifie pour une demande de produits de plus en plus technique.

En parallèle, les menuiseries évoluent vers une fabrication haute performance, de plus en plus précise pour garantir une mise en œuvre optimale de ces produits verriers.

Structure, design ou équipement, le verre à couches participe à la mise en œuvre d’une architecture actuelle à basse consommation traçant le rêve d’une maison sans mur, volet, store ou radiateur qui s'opacifie pour s'intimiser ou fait surgir des images sur le paysage.

 

Les 5 âges du verre
d'après Michael Wigginton,
« Glass in architecture » 1996, édition Phaidon.

L’âge 1 : de l’artisanat romain à l’âge gothique

Les premiers objets en verre sont des perles égyptiennes découvertes en 2500 av. JC. D’abord moulé, puis soufflé, le verre est surtout utilisé pour des objets utilitaires, de la vaisselle , des bouteilles, des gobelets.

C'est l’architecture gothique qui a eu le génie de libérer la façade en transférant par des arcs brisés, le poids des éléments structurels vers le sol, ce qui permit de libérer de larges baies vitrées et de laisser pénétrer la lumière. La couleur des vitraux élargit le champ des possibles.

L’âge 2 : des jardins d’hiver aux gratte-ciels

A partir de la fin du XVI. C’est la période féconde des serres et des grandes orangeries que l’on trouve entre autres en Angleterre (Chrystal Palace 1851) et en France (l’Orangerie de Versailles , le grand palais et les serres du muséum d’Histoire naturelle à Paris (construites en 1834 par Rohault de Fleury).
La technique du « coulage en table » est inventée en France en 1687, ce qui permet de produire des feuilles de verre.
En 1695, la manufacture des Glaces fusionne avec une 2ème manufacture spécialisée dans les grandes glaces sur le site de Saint-Gobain dans l’Aisne. La nouvelle société, confiée à des entrepreneurs privés, peaufine le procédé de coulage du verre sur table qui marque une rupture décisive avec les procédés traditionnels. Mieux, elle organise rapidement la production de la glace selon une logique industrielle. La Manufacture des Glaces affirme tout au long du XVIIIème siècle sa suprématie sur les marchés français et européens. L’âge 2 se prolonge jusqu’à la fin du XIX siècle avec les premiers gratte-ciels américains de Chicago construits après un très gros incendie en 1871.

L’âge 3 : matériau symbole de modernité

D’abord associé à la pierre puis au métal, le verre est associé au béton au début du XX siècle. Un manifeste « l’architecture de verre » est écrit en 1914 par Paul Scheerbart. Il inspire les architectes Bruno Taut , Walter Gropius, Mies van der Rohe, qui construisirent de nombreux buildings en Europe et aux Etats-Unis, Le Corbusier avec la Cité-refuge de l’armée du salut , et Pierre Chareau avec la maison de verre construites toutes les deux à Paris en 1931.

L’âge 4 : l’invention du verre flotté

Dans les années 70 les façades rideaux ont plutôt contribué à donner une image négative du verre, car l’habillage uniforme des immeubles tertiaires a rendu cette architecture trop répétitive et monotone. Des architectes comme Jean Nouvel, Norman Foster et plus récemment Manuelle Gautrand ont redonné par leur créativité toutes ses lettres de noblesse au matériau avec des constructions audacieuses et innovantes

L’âge 5 : le verre « intelligent »

Il nous offre des possibilités multifonctionnelles, à la fois techniques et décoratives. Depuis le verre auto-lavant au verre pare-flamme, du verre porteur au verre courbe, par exemple, on est capable de répondre à tous les défits.
L’avenir est donc dans le verre !

CHANTAL SERGENT

Ingénieur en recherche-développement chez Saint-Gobain.

"Le verre apporte bien plus que la lumière… Aujourd'hui on peut faire varier et contrôler les propriétés optiques, thermiques et physiques des verres pour apporter des fonctionnalités nouvelles et accroître efficacité énergétique, confort et esthétique. Des travaux de recherche constants permettent à Saint-Gobain de lancer des produits et des systèmes innovants qui répondent aux attentes de confort et de sécurité des utilisateurs. "

 

GILLES DE GAVRE

Directeur d'Isomir, fabricants verriers depuis 3 générations.

"Créée en 1978 à Alby-sur-Chéran, Isomir a développé un savoir-faire à deux niveaux : le travail du verre à travers la fabrication de double et triple vitrage avec gaz ou la transformation de produits verriers et la fabrication de châssis aluminium intégrant la rupture du pont thermique. Isomir s’occupe aussi de la mise en œuvre de ses produits."


en savoir +

Verre et verts sont-ils compatibles ?
Lire l'article sur cyberarchi
www.cyberarchi.com/actus&dossiers/opinions-et-debats

Saint Gobain
Les verres magiques de Quantum Glass
www.saint-gobain.fr

Quantum glass
Imaginez une architecture
faite avec des matériaux intelligents,
interactifs et dynamiques
www.quantumglass.com

DIxVISIONs, le pavillon
des métamorphoses

Des parois en verre Quantum
qui diffusent des images changeantes
www.muuuz.com

Verre intelligent
Une révolution en marche
technospirit.fr

Verre intelligent
Une révolution en marche
technospirit.fr

Fabricants verriers
isomir.fr

Le verre est-il un matériau comme les autres ? 
par ISABELLE DUPUIS-BALDY,
architecte présidente de la ma74

Oui si l’on considère qu’il est composé de silice, d’alumine, d’oxydes alcalins et de chaux. A l'état brut, il est bleu-vert, du fait de la présence d’oxydes métalliques dans le sable. Le verre incolore est obtenu par adjonction de manganèse.

Non si l’on se pose la question de sa capacité à n’être que transparence et invisibilité.

Le verre fascine par ses aspects dichotomiques. Il est à la fois fragile et structurellement très solide, lorsqu’il est feuilleté, contrecollé et d’une très grande durabilité. Il offre tout un panel de surfaces dépolies, colorées, sérigraphiées et joue sur la lumière qu’il peut diffracter ou réfléchir par son mode de fabrication, ses détracteurs le jugent très énergivore mais grâce à lui, la lumière pénètre largement dans les habitations, ce qui réduit d’autant les besoins en éclairage artificiel.

C’est un matériau riche en potentiels, qui fascine les architectes puisqu’il offre cette possibilité unique de laisser voir le paysage extérieur ou l’intimité des intérieurs, ce que n’offre aucun autre matériau.

www.maison-architecture-74.org est conçu et réalisé par carinebelstudio- multimedia et site web et journalismeCARINEBELSTUDIO, Multimédia & Journalisme F-74940 Annecy-le-Vieux Tél. +33(0) 676 32 18 33